LA VOITURE   (Attention: les insultes sont françaises)

Écoute en direct
Sauvegarde sur disque dur
Au besoin, consultez le

Dictionnaire universel francophone en ligne

Ah! La voiture! Elle nous est tellement chère que nous avons tant et tant de mots pour en parler. D'abord, tout court, c'est une 'auto'. En argot, on a une 'tire', une 'bagnole' ou une 'caisse'; si la malheureuse n'est pas rapide, elle est traitée de 'citron' ou de 'veau'; la pire insulte, et là, il n'y plus rien à faire pour elle, c'est d'être comparée à une 'poubelle'. On la bichonne tous les dimanches pour que, rutilante, elle emmène toute la petite famille au restaurant, au cinéma ou tout simplement pour faire une balade.

On ne peut imaginer un monde sans elle, n'est-ce pas? Et pourtant, cette invention est récente. Il a fallu attendre le dix-neuvième siècle pour que le premier moteur à essence soit inventé en Europe. Aux Etats-Unis, c'est en 1903 que Ford est devenu le premier producteur d'automobile. En France, le constructeur Peugeot a démarré à Sochaux en 1904. Le Japon serait maintenant le premier producteur d'automobiles..

On peut dire que la voiture a contribué autant à l'amélioration de la vie de tous les jours qu'à la création de nouveaux fléaux. En ce qui concerne ses bons côtés, ils sont très nombreux. Tout d'abord, une indépendance certaine des citoyens de la classe moyenne qui peuvent se permettre son achat. Au lieu de dépendre des transports en commun, les familles s'échappent de la ville grâce à leur précieuse auto. On a même avancé que l'invention de la voiture aurait contribué à la libération de la femme qui, ainsi, ne dépendait plus de son mari pour ses déplacements. Les mères qui jouent au taxi toute la journée ne seront peut-être pas tout à fait d'accord. Une chose certaine est que la production en masse de voitures s'est traduite par un boom économique. Des milliers d'emplois en dépendent, que ce soit dans le domaine du plastique, du caouchouc, du verre, du pétrole ou de l'acier. N'oublions pas la main d'oeuvre qui est de plus en plus nombreuse à faire tourner les stations-services, les garages, et à assurer le développement de l'infrastructure routière, ainsi que la construction d'autoroutes et leur entretien. Quant aux mauvais côtés, les dégâts ne sont pas non plus négligeables. Ainsi, les accidents de voiture ont tué des millions de personnes; les écologistes lèvent les bras au ciel à chaque nouveau projet d'autoroutes et nos pauvres poumons n'en peuvent plus. Mais que faire ? Elle fait, dorénavant, partie de notre vie pour le meilleur ou pour le pire.