LA POLLUTION

Écoute en direct
Sauvegarde sur disque dur
Au besoin, consultez le

Dictionnaire universel francophone en ligne

De nombreuses études sur la pollution, appelées épidémiologiques, affirment depuis longtemps qu'il existe un lien entre la pollution atmosphérique et la mortalité en milieu urbain. Cette pollution serait aussi responsable de dysfonction pulmonaire chez les enfants et de difficultés respiratoires chez l'adulte. Les agents de pollution principaux sont au nombre de trois : le dioxyde de soufre lié au chauffage et aux activités industrielles, les fumées noires provoquées par l'industrie et les véhicules et enfin, les oxydes d'azote émis par les moteurs de véhicules.

On espérait que les avertissements des groupes écologiques et les dangers liés à l'effet de serre auraient incité à un bouleversement complet dans nos choix en matière d'énergie et de transports. Hélas, il s'avère que le trafic d'automobiles et de poids lourds a augmenté pour faire des distances plus lointaines. De même, pour des trajets de moins de 80 km --c'est-à-dire pour se rendre de la banlieue au centre-ville--, nous employons de plus en plus notre voiture. Il a été prouvé que les trois quarts de la pollution proviennent de ce transport. En revanche, les transports en commun sont de plus en plus employés à l'intérieur du centre-ville.

Les solutions que les villes françaises ont mises en place pour résoudre ce problème varient. La ville de Paris limite la circulation à la moitié des automobiles, dès que le taux de dioxyde d'azote est trop haut. Ainsi, pendant certaines périodes, seules les voitures portant un numéro pair sont admises dans la ville; puis vient le tour de celles avec un numéro impair. La ville de la Rochelle, elle, met à la disposition de chacun et chacune des vélos gratuits en centre-ville. En général, on conseille aux automobilistes de prendre soin de leur voiture, de marcher ou de pédaler au lieu de se déplacer motorisé.

Si les gouvernements locaux ont échoué dans leur essai de réduire la pollution, ils essaient de la mesurer. En effet, chaque métropole française a un réseau de surveillance de la qualité de l'air. Ainsi, la communauté urbaine de Lille, grande d'un million d'habitants, surveille la qualité de l'air à l'aide de dix-sept stations, avec au total quarante appareils de mesure. Ces instruments de contrôle sont importants car ils aident à prévoir un taux intolérable et à prendre des mesures en conséquence.