LE MÉTRO PARISIEN

Écoute en direct
Sauvegarde sur disque dur
Au besoin, consultez le

Dictionnaire universel francophone en ligne

Parmi tous les systèmes de trains souterrains des grandes villes du monde, celui de Paris est sans doute un des plus connus. Sa construction commença il y a un siècle, le sept juillet mille huit cent quatre-vingt-dix-huit, sous la direction de M. Fulgence Bienvenüe (on commémore son nom à la Gare de Montparnasse dans le sud de Paris, où le métro s'appelle Montparnasse-Bienvenüe). La première ligne traversa Paris, de Maillot (à l'ouest de Paris, près de l'Arc de Triomphe) à Vincennes, du côté est de la ville. En deux ans elle fut terminée et l'inauguration eut lieu le dix-neuf juillet dix-neuf cents.

Pour creuser le tunnel on utilisa des méthodes différentes, selon le terrain. Quelquefois on creusa à ciel ouvert, c'est-à-dire que l'on coupa une tranchée à la profondeur voulue, puis on la recouvrit d'un tablier et on continua la construction sous cette voûte. Cette méthode n'eut pas de désignation française, mais on l'appela le cut and cover. Quelquefois on fit une galerie initiale que l'on élargit par la suite pour créer un souterrain; c'est la méthode dite belge. Enfin, à des endroits il fut nécessaire d'installer un bouclier, notamment pour les travaux sous-fluviaux.

Creuser à ciel ouvert pour ensuite recouvrir pourrait sembler complexe. On imagine une fosse énorme profonde d’une trentaine de mètres, des camions au fond grand comme des jouets. En fait, la profondeur moyenne du système est de quatre à douze mètres autrement dit, les lignes pourraient se trouver à peine plus profonde qu’un sous-sol. Là, où le métro passe, sous des terrains plus élevés, la profondeur est plus importante, jusqu’à presque 32 mètres sous les buttes Chaumont, le point le plus élevé de Paris dans le nord-est de la ville. Depuis cette première année du vingtième siècle, le système n’a pas cesser de s’agrandir et continue même aujourd’hui de s’étendre avec ses deux réseaux appelés METRO, du mot Métropolitain et RER, raison express régional, le réseau qui dessert la banlieue, il compte plus de 300 kilomètres de rail avec 18 lignes et plus de 340 stations dont 45 correspondances. Seul New-York peut se vanter d’en avoir plus.