Musée mémorial des enfants d'Izieu

Écoute en direct
Sauvegarde sur disque dur
Au besoin, consultez le

Dictionnaire universel francophone en ligne

Pour faire connaître le passé et susciter la réflexion sur le crime contre l'humanité. Une tragédie juive dans l'histoire de France.

Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon, sous commandement de Klaus Barbie, arrête les 44 enfants qui ont trouvé refuge dans la maison d'Izieu et leurs sept éducateurs, parce qu'ils sont juifs. Parmi les personnes présentes, une seule peut s'échapper, 42 enfants et 5 adultes sont gazés dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Deux adolescents et le directeur de la Maison d'Izieu, Miron Zlatin, sont fusillés à Reval, en Estonie. Il y eut une unique survivante.

En 1987, au lendemain du procès de Klaus Barbie, déclaré coupable de ce crime contre l'humanité, se constitue autour de Madame Sabine Zlatin et du préfet Wiltzer, l'association du Musée-mémorial d'Izieu. Il s'agit pour les fondateurs, venus de tous les horizons, de se porter acquéreurs de la Maison d'Izieu et d'y créer un musée ayant pour thème les enfants juifs d'Izieu et le crime contre l'humanité. François Mitterrand, alors Président de la République, inscrit le projet parmi les Grands Travaux. Il inaugurera le Musée-Mémorial le 24 avril 1994 en présence de nombreuses personnalités, dont Jacques Chirac.

Pour faire connaître le passé et susciter la réflexion sur le crime contre l'humanité et les circonstances qui l'engendrent, le Musée-mémorial propose : des visites accompagnées, l'accueil des classes pour une visite ou un séjour, un programme d'activités pédagogiques et culturelles: expositions temporaires, conférences, lectures, rencontres-débats.


Texte trouvé à: http://www.izieu.alma.fr/francais/frame_principale.htm