Le car rapide

Écoute en direct
Sauvegarde sur disque dur
Au besoin, consultez le

Dictionnaire universel francophone en ligne

Au Sénégal, et plus particulièrement dans la presqu'île du Cap Vert, les transports en commun les plus nombreux sont les cars rapides. Ce sont des camionnettes qui ont été transformées pour recevoir des passagers : deux à l'avant à côté du chauffeur, dix dont un sur un siège mobile à l'arrière, parallèlement au siège du chauffeur et cinq de chaque côté, perpendiculairement aux autres, soit un total de vingt-deux passagers.

Les places sont payées dans le car à un jeune homme, à l'arrière : "l'apprenti", qui fait arrêter le véhicule à la demande.

Ces cars fonctionnent en ville d'un quartier à un autre mais aussi entre les régions. Lorsqu'on se rend dans les campagnes, on en profite pour ramener des produits moins chers qu'en ville. Ils voyagent sur la galerie. C'est ainsi que le mouton de la Tabaski (fête religieuse musulmane pour rappeler le sacrifice d'Abraham) côtoie les nattes, les mortiers, les calebasses et les autres ballots.

On reconnaît ces transports en commun car ils ont les mêmes couleurs : bleu et jaune et ils sont décorés de fruits, d'animaux et parfois de personnages et de phrases religieux.

Les cars comme les taxis (jaune et noir), sillonnent les rues de la ville car la plupart des gens n'ont pas la possibilité d'avoir une voiture.